MEMB

Museo Etnologico Monza e Brianza - il nuovo sito del MEMB ├Ę in fase di aggiornamento

Franšais

30 giugno 2016

Production des huiles

Le moulin Colombo devienne moulin à huile en 1871 et depuis quel an, il traite graines huileux pour la production d’huile pour utilisation alimentaire et industrielle.
Les graines, traitées dans les ans autour du 1972, étaient principalement celle de lin;en 1937 et pendant la Seconde Guerre Mondial, le germe de graine.
Le premier étage était utilisé comme magazine pour beaucoup de types de graines qui étaient renversés sur le sol en bois car que les sacs de jute devaient être tout de suite rendus au transporteur.
L’usinage commençait au plan supérieur en mettant les graines avec une pelle sur une courroie de transmission à poches, qui les transportait dans la trémie (aujourd’hui au rez-de-chaussée). La trémie, avec un mouvement horizontal séparait les graines des impuretés appelées «bruscaglie» avant qu’elles de les renversées dans le broyeur sous-jacent.
Le matériel à triturer finissait dans une grande caisse en forme d’entonnoir et après dans le broyeur au rez-de-chaussée, où la vraie production commençait. Le broyeur à deux cylindres était utilisé pour la graine de lin qui, qui les réduisait en farine,  qui était directement portée en magazine ou rangée dans sacs.
Pour obtenir l’huile, les graines étaient mises dans la trémie fixe et après versé sous la grande roue, la « molazza » ou « rudun », qui, en tournant, réduisait les graines à un mélange dur et huileux. Quand l’écrasement avec la meule était terminée, la pâte était déplacée avec un bidon à deux manches dans le four, alimenté par des « vinaccioli » et le bois récupéré sur l’écluse du Lambro, fait sécher et conservé dans la soupente. La partie supérieure du four est constituée d’une vasque en métal dans la structure ; à l’intérieur de la vasque une pelle en fer à deux hélices est enfoncée : elle sert pour mélanger, pendant le réchauffement, les graines écrasées et empêcher qu’elles s’attachent au fond.
Le matériel réchauffé, prêt pour être pressé, était mis dans le pressoir, alterné avec des disques en fonte et en jute, dans le cylindre grillé. La pression pour faire travailler le pressoir était donné par la pompe à eau. Le plat inférieur recueillait l’huile qui à travers l’étendoir était versé dans un conteneur et donc transvasé dans le bidon fixe de récolte. L’huile était porté à la raffinerie s’il devait servir pour un usage alimentaire, ou directement au client s’il devait être utilisé pour l’industrie (peintures, mastic, etc).

Photogallery

Vai a pagina

di 1